Effervescence - Journées du Patrimoine

samedi 18 septembre | 14h30

samedi 18 septembre | 16h30

François Tizon - Joseph Mitchell / Par les Passés

Traversée en lecture sous casque

En faisant franchir au récit de Joseph Mitchell le pont monumental du Port-à-l’Anglais, François Tizon vous emmène pour une balade poétique. Munis de casques, vous verrez l’acteur s’éloigner et disparaître, et suivrez le récit déposé au creux de vos oreilles.
« Je ne traversais pas les mêmes rues que les promeneurs qui étaient dehors ce jour-là, mais un passé glissant, triste et doux. » Le Temps Retrouvé, Marcel Proust

« Par les passés est le troisième et dernier chapitre du projet autobiographique que Joseph Mitchell n’a jamais conclu. Il y écrit qu’à l’automne 1968, au réveil d’un cauchemar, il a commencé à vivre dans le passé. Ou dans les passés.
Une très longue phrase court sur plus de la moitié du texte. C’est cette phrase que j’ai d’abord voulu suspendre au dessus de l’eau. En faisant franchir au récit le pont monumental du Port-à-l’Anglais la performance dessine une trajectoire de part et d’autres de la Seine, entre Vitry et Alfortville. A l’écoute de Par les Passés, le spectateur et ses pensées pourront se laisser emporter tandis qu’en ondes serrées fuseront parmi les eaux de la Seine tout à la fois le flot du souvenir, le ruisseau de l’enfance et le fleuve des enfers. » François Tizon

En partenariat avec le Studio-Théâtre de Vitry

Extrait de Street Life de Joseph Mitchell / Traduction, conception et interprétation : François Tizon / Création et fabrication sonore : Benoist Bouvot, Stéphane Cousot et Yoën Cousot-Paoli

Durée approximative : 30mns /rendez-vous sur la berge du Pont du Port-à-l’Anglais, côté sud, Vitry-sur-Seine | accès libre sur réservation | jauge limitée à 30

Réserver mes billets
tarif plein : 0 euros | tarif réduit : 0 euros

Mention & Crédits = Production : Matière écrite / Coproduction : Studio-Théâtre de Vitry / François Tizon est lauréat du programme Hors les murs 2016 de l’Institut Français / Crédit photo : Sébastien Andréani