samedi 26 mars | 20h30

Thierry Balasse / Vers la résonance

Musique

Après le succès de La Face cachée de la lune, de Cosmos 1969 et du Voyage SuperSONique, c’est à un nouveau voyage que nous convie Thierry Balasse. Un voyage sensoriel inouï, dont on revient en s’étonnant d’être parti si loin. Une exploration de l’espace et du temps, par le son, le mouvement et la lumière.

Alors que la course du monde s’accélère jusqu’à devenir incontrôlable, le compositeur nous propose de ralentir. Lui, ralentit le son, plonge au creux de la matière sonore et en extrait la résonance profonde. Inspiré par la réflexion du philosophe Hartmut Rosa et par la poésie de Christian Bobin, Vers la résonance est un véritable concert-spectacle. Sur le plateau, quatre musiciens et une danseuse mêlent voix, musique et mouvement. Un subtil travail de lumière fait naître une succession d’images oniriques, tandis que des haut-parleurs disposés autour du public, construisent un espace imaginaire, changeant, invisible mais bien sensible. Parce qu’explorer l’espace et le temps par le son est un moment de rencontre unique entre musiciens et auditeurs, il nous faudra vivre ce spectacle avec nos sens plutôt que nos cerveaux, et espérer atteindre cette résonance si belle, mais si fragile. Une hallucination scénique, musicale, onirique et philosophique à découvrir !

Composition générale : Thierry Balasse / Composition de la musique originale : Thierry Balasse, Eric Lohrer, Cécile Maisonhaute et Julien Reboux / Composition de la chorégraphie : Anusha Emrith / Composition des éclairages : Bruno Faucher / Composition de la sonorisation : Vincent Donà / Texte : Extraits de « Un bruit de balançoire » de Christian Bobin Thierry Balasse : Electroacoustique, synthétiseurs, percussions, basse électrique / Anusha Emrith : Danse, voix parlée / Eric Lohrer : Guitare, guitare électrique, basse électrique / Cécile Maisonhaute : Piano, synthétiseur, voix chantée, voix parlée / Julien Reboux : Electroacoustique / Les spectateurs : l’instant présent / Régie générale et régie plateau : Mickaël Marchadier / Régie son façade : Vincent Donà / Régie lumière : Bruno Faucher

Durée approximative : 1:20

A partir de : 12 ans

Réserver mes billets
tarif plein : 22 euros | tarif réduit : 10 euros

Mention & Crédits = Production : compagnie Inouïe-Thierry Balasse. Création aux Quinconces-L’Espal scène nationale du Mans les 8 et 10 janvier 2021. En coproduction avec : Les Quinconces-L’Espal scène nationale du Mans, la Maison de la Musique de Nanterre Scène conventionnée d’intérêt national – art et création- pour la musique, le Théâtre Durance scène conventionnée de Château-Arnoux-Saint Auban, Le Bateau Feu-Scène nationale de Dunkerque, la MCB°-Maison de la culture de Bourges-scène nationale, le Théâtre-scène nationale de Mâcon et le POC – Pôle culturel d’Alfortville. La pièce «Tangage» qui ouvre le spectacle a fait l’objet d’une aide à l’écriture d’une œuvre musicale originale du Ministère de la Culture - Préfet de la Région Pays de la Loire. Action financée par la Région Ile-de-France. Avec le soutien du conseil départemental du Val-de-Marne au titre de l’aide à la résidence de création. Avec le soutien de l’Adami : l’Adami gère et fait progresser les droits des artistes-interprètes en France et dans le monde. Elle les soutient également financièrement pour leurs projets de création et de diffusion. Avec l’accueil en résidence de création des Quinconces-L’Espal scène nationale du Mans, de la Maison de la Musique de Nanterre, de La muse en circuit Centre National de Création Musicale. Soutien et accueil en résidence - Théâtre de Vanves / Scène conventionnée d’intérêt national « Art et création » pour la danse et les écritures contemporaines à travers les arts. La compagnie Inouïe-Thierry Balasse reçoit le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication au titre du conventionnement. Thierry Balasse fait partie du Grand Ensemble, qui réunit les artistes associé.es à la Scène Nationale Les Quinconces - l’Espal du Mans. /Crédit photo : Patrick Berger