La saison

Pour sa programmation 2021-2022, le !POC ! a invité des artistes français et internationaux aux horizons très variés dans une perspective transgénérationnelle, interculturelle et paritaire, autour de formes différentes, et avec des sujets et des questions posées tout autant universels qu’actuels.

Plus que jamais, nous souhaitons renouer des liens forts avec les publics, qui ne sont pas venus au !POC ! depuis plus d’un an.

Au-delà des spectacles programmés dans la grande salle, le !POC !, souhaite essaimer, grâce à la complicité des artistes, un vent de créativité par-delà son plateau, au travers de spectacles et d’installations insolites hors-les-murs et dans l’espace public dans un principe de « scène élargie ».

En ancrant une partie de sa programmation hors-les-murs, le !POC ! démultiplie les possibilités de rencontres en proximité, notamment avec la jeunesse, en invitant la création dans des temps de convivialité, des ateliers, des écoles, l’espace public ... partout où se fabriquent les spectateurs-trices, les acteurs-trices de la culture et les citoyen-ne-s d’aujourd’hui comme de demain.

Au programme de la prochaine saison, nous partagerons avec vous une sélection résolument plurielle qui participe à la formation du regard : des spectacles de répertoire comme contemporains, documentaires, musicaux, multimédia, collectifs, immersifs, interactifs, seuls-en-scène, hybrides, de danse contemporaine, de hip-hop, des performances ; sans oublier des pièces en espace public, à voir en famille, de la musique classique, actuelle, du jazz… Certains sont présentés avec le soutien de nos partenaires que nous remercions chaleureusement comme le Festi’val de Marne, l’ONDIF, la Muse en Circuit, Sons d’hiver, le Festival Impatience, la Biennale Nemo
Vous retrouverez également des concerts labellisés Jazzforville et notre festival de rentrée, à partager en famille, pour que le début de saison soit une grande fête ouverte à tous !


La programmation cinéma continue bien-sûr chaque mardi soir
mais s’étoffe cette année d’avant-premières et de temps de rencontres privilégiés « les regards croisés » autour d’une thématique et de l’équipe d’un film ou d’un documentaire.

Enfin, comme une invitation au voyage, à la découverte ou à l’exploration de sujets d’actualité, les nombreux cycles thématiques, focus ou cartes blanches, proposés permettront une ouverture au réel sous l’angle du sensible, de l’imaginaire, du récit et d’un parti pris interculturel.

Le !POC !, c’est aussi un projet de territoire, un lieu de vie, de partage et de création. Parallèlement à sa programmation de spectacles et de cinéma, le !POC ! accueille : des résidences, des coproductions originales, des rencontres, des expositions, des ateliers ouverts à toutes et à tous, et de nombreuses autres activités proposées avec des partenaires franciliens et au-delà, qui font la richesse de cette scène alfortvillaise.

Un grand grand merci pour votre fidélité et votre enthousiasme !

Nous sommes heureux de vous retrouver : soyez curieux.ses, heureux.ses et passionné-e-s !



L’équipe du POC

Les cycles

Demain, la Terre

A l’heure où la société se complexifie, où la planète ne parvient plus à absorber le trop plein d’activités humaines, où les transitions s’accélèrent (transitions écologique, numérique, sociales, économiques ...) et où près de 80% des métiers sont à̀ inventer, « Demain la Terre » est un cycle qui ouvre des perspectives de réconciliation avec notre humanité, la biodiversité et l’environnement, si précieux, qui nous entoure.

De quoi sommes-nous riches ?

La précarisation croissante de la société est au cœur des problématiques qui hantent notre époque. Sans abris, personnes vivant en dessous des minima sociaux, mal logement, isolement… la révolte des gilets jaunes et les nombreuses alertes lancées par des fondations pointent du doigt un monde de plus en plus inégalitaire qui chaque année fait basculer des milliers de personnes.

Politique Politiques

A l’aulne des présidentielles, ce cycle aborde en miroir la question de la politique, essentielle à l’organisation de notre société, et des politiques, hommes et femmes qui nous gouvernent, souvent pris dans la spirale de l’hypermédiatisation, au risque de se voir déconnectés du réel et privés de la possibilité d’apporter une juste réponse aux enjeux de société.

« Une saison méditerranéenne à Alfortville »

Hommage à la Méditerranée et à l’interculturalité d’Alfortville, baignée par ses populations originaires du Sud de la France, comme en témoignent ses jumelages avec Cantanhede au Portugal, San Benedetto Del Tronto en Italie et sa longue amitié avec la Corse.

Les artistes complices

Cyril Hernandez

Compositeur, improvisateur, multi-instrumentiste, performer, interprète, plasticien sonore, Cyril Hernandez est tout cela à la fois mais à tous ces qualificatifs, il préfère celui de musicien.

Wilfried Wendling

Wilfried Wendling étudie l’écriture (harmonie, orchestration, analyse, contrepoint) au CNR de Rueil-Malmaison puis au conservatoire supérieur de Paris pour ensuite se consacrer à la composition grâce à Georges Aperghis puis Philippe Leroux.

Maryse Estier

Passée par le Conservatoire d’art dramatique de Genève, Maryse Estier découvre la mise en scène aux côtés d’Hervé Loichemol en 2011. Elle est ensuite assistante au Théâtre National de Nice et obtient en parallèle une licence en arts du spectacle. Reçue à l’ENSATT en 2013, elle se forme à la mise en scène au contact de Guillaume Lévêque, Jean-Pierre Vincent et Alain Françon.

Mauro Gioia

Après avoir constitué un groupe de rock tout en étant diplômé des Beaux-Arts, Mauro Gioia crée en 1992 Piedigrottagioia un spectacle en hommage aux auteurs napolitains, avec quatre musiciens, en même temps comédiens et instrumentistes. Il rédige aussi un Manifeste du futurisme chantant. Le spectacle est ensuite adapté en disque avec, outre des chansons napolitaines, une reprise de Tarentelle de Tino Rossi.

Béatrice Massin

Chorégraphe, spécialiste de la danse baroque, Béatrice Massin est tout d’abord danseuse contemporaine, notamment interprète des spectacles de Susan Buirge. En 1983, elle rencontre Francine Lancelot et intègre la compagnie Ris et Danceries. Elle y est successivement interprète, assistante, collaboratrice et chorégraphe. Démarre alors un long processus d’appropriation du langage baroque.

Benjamin Barou-Crossman

Comédien, metteur en scène, Benjamin Barou-Crossman se forme au théâtre à l’Ensad à Montpellier (sous la direction d’Ariel Garcia-Valdès) puis à l’école du théâtre national de Bretagne à Rennes (sous la direction de Stanislas Nordey). Il a pour professeurs Claude Regy, Stanislas Nordey, Christine Letailleur, Christian Colin, Serge Tranvouez, Arnaud Meunier, Bruno Meyssat…

Clément Denis

Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et des ateliers de Sèvres, Clément Denis est artiste plasticien, peintre et sculpteur. Ses œuvres portent sur les notions d’identité et de spiritualité. Passionné depuis l’enfance par les sciences et l’histoire, il commence à l’adolescence par “composer des jardins”, puis découvre la peinture, un médium qui lui permet de transposer les informations qu’il amasse à travers ses lectures et le flux d’information qui traverse notre monde contemporain.

Laurence Lascary

Laurence Lascary a débuté sa carrière dans le secteur audiovisuel en 2004. Après des études de gestion et un diplôme de Master II en marketing et distribution dans l’industrie audiovisuelle européenne délivré par la Sorbonne et l’INA (Institut National de l’Audiovisuel), elle a travaillé au sein de sociétés telles que StudioCanal ou encore Unifrance (bureau de New York).

Jean Bocheux

Jean Bocheux est un artiste, plasticien, vidéaste, musicien, diplômé de l’École Supérieur d’Art Graphique de Paris (E.S.A.G, Penninghen). Son travail interroge la notion de l’échelle dans l’espace, remet en question la hiérarchisation des formats en mélangeant langages et techniques classiques comme expérimentales (dessin, photo, vidéo, film, musique, sculpture Bio Art...).

Jean Claude Cotillard

Comédien, auteur dramatique, metteur en scène et pédagogue français. Il a reçu en 2006 le Molière du meilleur spectacle pour Moi aussi je suis Catherine Deneuve de Pierre Notte qu’il a mis en scène et en 2010, le Molière du meilleur spectacle musical pour Les douze pianos d’Hercule de Jean-Paul Farré qu’il a également mis en scène. Il a dirigé de 2003 à 2013 l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de Paris dont il a fait en 2008 l’une des onze écoles supérieure d’art dramatique de France. Il a crée dans cette école, en 2011, la première formation professionnelle française d’Arts du mime et du geste dans une école publique.

Julien Soro

Premier prix jazz mention très bien du Conservatoire National Supérieur de musique et de Danse de paris (CNSMDP), il est l’un des jeunes musiciens les plus talentueux de sa génération.